Les différentes aides dans la création d’entreprise

Photo of author
Written By Jul

Lorem ipsum dolor sit amet consectetur pulvinar ligula augue quis venenatis. 

Vous avez décidé de créer votre entreprise, aussi, vous avez certainement évalué vos besoins de financement. Il est tout à fait normal de chercher des aides un peu partout. En effet, les aides à la création d’entreprise sont de plus en plus nombreuses. Il s’agit là d’une véritable opportunité pour les entrepreneurs qui souhaitent percer. Cependant, il est difficile d’identifier celles qui correspondent à vos attentes et à votre profil. Entre les prêts, les avances remboursables, les crédits d’impôt… Que devez-vous choisir ? De plus, il existe d’autres aides « non financières ». Les informations suivantes vous aideront à mieux comprendre leur fonctionnement. 

Les nombreuses aides destinées aux créateurs d’entreprises

Si votre projet est la Création sci (société civile immobilière), vous pourrez déjà jouir de l’ACRE (aide aux créateurs et repreneurs d’entreprise). Il s’agit d’une mesure d’exonération de charges sociales en début d’activité. Ce dispositif s’adresse principalement aux demandeurs d’emploi et aux jeunes de 18 à 25 ans pour la première année d’activité.

Quel que soit votre type d’entreprise, il est toujours possible d’en bénéficier. Pour savoir exactement en quoi il consiste, il suffit de consulter la base de données nationale des aides aux entreprises.

Les aides à la création ou à la reprise peuvent prendre plusieurs formes :

  • Une somme d’argent, remboursable ou non : subvention, prêt d’honneur, prêt participatif, avance remboursable, système d’emprunt avec garantie, bourses et concours ;
  • Une exonération de cotisations sociales ;
  • Un allègement fiscal : déduction ou réduction de crédit d’impôt ;
  • Une habitation dont le prix est moins élevé que celui du marché ;
  • Une aide au montage du projet : dispositifs d’accueil et d’accompagnement.

À qui s’adressent les aides à la création d’entreprise ?

La majorité des dispositifs d’aides sont mises en place par l’État et les régions, en partenariat ou non avec d’autres institutions. Ce sont les aides publiquesà la création d’entreprise. Toutefois, il y en a aussi d’autres issues de fondations privées. Voyons dans ce qui suit ces dispositifs d’aides et les profils à qui elles s’adressent.

Jeunes étudiants entrepreneurs

Elles sont de natures diverses : financements, exonérations fiscales ou sociales, couvertures médiatiques, bourses et accompagnement dans les démarches, etc. Ces coups de pouce s’adressent aux étudiants et aux jeunes diplômés qui ont un projet entrepreneurial réaliste et motivé. Parmi elles, nous pouvons citer : 

  • « Cap’Jeunes », qui est un accompagnement renforcé + une prime de démarrage de 2 000 € ;
  • « Je deviens Entrepreneur », qui est un programme comprenant des ateliers collectifs, le microcrédit et un prêt d’honneur à taux 0 %.

Chômeurs

Pôle Emploi propose des aides spécifiques aux chômeurs qui portent un projet de création d’entreprise. Cela consiste au maintien des allocations, à la reprise ou à la création d’entreprise (ARCE). Il s’agit d’une aide financière représentant 45 % des droits au chômage restants à la date de création de votre activité. C’est une option à étudier sérieusement, car l’aide vous sera versée en deux tranches.

Sièges des zones urbaines

Des aides financières, des avantages fiscaux ou sociaux sont spécialement réservés aux sociétés qui siègent en ville. C’est notamment le cas dans un quartier prioritaire de la politique de la ville (QPV). Ces dispositions concernent aussi les zones franches urbaines-territoires entrepreneurs (abrégées ZFU-TE). En effet, le fait de gérer une entreprise citadine permet de bénéficier d’une aide pour le recrutement de salariés. 

En outre, le simple fait d’habiter des QPV peut également être avantageux. En effet, il est possible d’avoir une exonération d’impôt sur les bénéfices, une exonération temporaire de cotisation foncière des entreprises (CFE) et de taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB).

Sociétés délocalisées 

Si vous investissez ou créez une entreprise dans certains territoires d’outre-mer, des aides spécifiques existent. En effet, l’aide au projet initiative jeune (PIJ) peut vous faire profiter d’une aide d’un montant maximum de 7 320 €. Les localités éligibles pour cette aide sont : Saint-Barthélemy, Saint-Martin et Saint-Pierre-et-Miquelon. Pour cela, il faudra bien sûr respecter certaines exigences, notamment pour le statut juridique de votre entreprise.

Personnes handicapées

L’Association de Gestion du Fonds pour l’Insertion professionnelle des Personnes handicapées (AGEFIPH) propose une aide aux créateurs/repreneurs d’entreprises handicapés. Le montant est fixé à 5 000 €. Son objectif est de contribuer à financer le lancement de l’activité. Cependant, pour bénéficier de cette aide, le demandeur doit avoir le statut de chef d’entreprise ou de dirigeant de société.

Femmes entrepreneuses

Les femmes ont plus difficilement accès au crédit bancaire. Par souci d’égalité homme-femme, un dispositif national permet aux fondatrices d’éviter la caution personnelle pour un prêt personnel. Le dispositif « Garantie Égalité Femmes » est la seule aide nationale réservée exclusivement aux femmes entrepreneuses.

Avant de vous lancer dans votre projet, il convient d’examiner les différentes aides à la création d’entreprise. Point tout aussi important : assurez-vous d’être éligible. En outre, vous devrez avoir un dossier de qualité. Rendez-vous alors sur la base de données nationale des aides publiques aux entreprises ou sur les sites régionaux dédiés à la création d’entreprises !

Laisser un commentaire